jeudi 25 octobre 2018

Revue Africaine de Communication sociale

La Faculté des Communications Sociales de l'Université Catholique du Congo vient de publier le numéro n°1(janvier-Juin 2017), Nouvelle série de sa Revue Africaine de Communication Sociale.

La Bibliologie à l'ère d'Internet.

La bibliologie a connu au début du XXème siècle une mutation épistémologique qui la fixera durant des décennies comme la science du livre avant de voir son objet étendu à l'ensemble de l'écrit pour faire de la discipline la science générale de la communication écrite.

lundi 12 janvier 2015

ABC en Sciences de l'Information et de la Communication

Comme l'a souligné le Professeur Jean-Chrétien EKAMBO dans la préface de ce livre, "la bibliographie est au centre de toute science".
L'ABC en Sciences de l'Information et de la Communication a été publié afin  d'accompagner l'étudiant et tout chercheur s'intéressant aux ressources documentaires dans cette discipline
.

jeudi 20 novembre 2014

Visite des étudiants de première licence en communications sociales de l'UCC au CEDESURK

Les étudiants de la première année de licence(LMD) de la Faculté des Communications sociales de l'Université Catholique du Congo(UCC) ont visité le CEDESURK en date du 19 novembre 2014 dans le cadre du cours d'initiation à la recherche documentaire du Professeur Jean-Pierre Manuana Nseka.
Au cours de cette visite, les étudiants ont été initiés aux outils modernes de

Appel à communication au Colloque de Bibliologie


1


Appel à communication

La Bibliologie à l’ère d’Internet

De l’écrit imprimé à l’écrit électronique

Quelles mutations techniques dans le système de l’écrit ?

Quelles mutations épistémologiques pour la science de l’écrit ?


Colloque national de bibliologie

Organisé par la Faculté des Communications Sociales de l’Université Catholique du Congo (RDCongo) et le Comité national(RDC) de l’Association Internationale de bibliologie

Kinshasa, Mercredi 25 et Jeudi 26 février 2015

vendredi 14 novembre 2014

A la rencontre du destin


« Mombo sursauta et se réveilla, encore essoufflé. Quel cauchemar ! Il se leva et s’assit sur le bord du lit, les oreilles encore bourdonnantes et la tête lourde. Il haletait comme si cette course interminable avait été réelle. Dans son rêve, c’était bien son frère qui partait, qui s’éloignait de lui alors qu’il tentait de le rejoindre. Peu à peu, sa respiration redevenait régulière et il se mit à penser à son frère. Musongela n’était plus de ce monde. Il pensa à leurs parents que la triste nouvelle ébranlera jusqu’au plus profond de leur être. Comme il aurait voulu qu’il restât encore, qu’il vécût et, qu’un jour, il réussît à fonder un foyer, comme les autres, et qu’il eût été heureux… »

Une faute bienheureuse : roman


Après qu’on l’eut meurtri dans son cœur et dans sa chair, sans qu’il n’ait fait la moindre offense à personne, mais seulement après qu’on lui eut demandé pardon, il trouva les mots justes pour éveiller chez l’homme son aptitude au pardon, pour stimuler l’essence de la fraternité qui s’émoussait chaque jour davantage : « Si nous ne sommes pas capables de pardonner à nos frères qui nous ont causé du tort, consciemment ou pas, comment pouvons-nous espérer être pardonnés à notre tour ? Si l’homme est un loup pour l’homme, l’être a pour remède l’être. » Voici ce qu’il répondit. Enfin affranchi de toute haine, il fit un pas vers son tortionnaire et ils s’embrassèrent fraternellement, lui montrant en cela qu’il venait d’absoudre ses torts.